TCHERNOBYL

Tchernobyl a une histoire riche datant de l’époque médiévale (déjà mentionnée en 1193), et a eu une forte influence juive depuis le 16ème siècle (plus sur l’histoire juive dans notre BLOG. Tchernobyl a été fortement touchée par la Seconde Guerre mondiale. Sous l’Union soviétique, elle est devenue un centre de réparation navale basé sur la rivière Pripiat. 

En raison de sa faible population et de son accès facile à l’eau, le lieu a été choisi par le Ministère de l’Energétique de l’URSS pour la construction d’une centrale nucléaire à 20 kilomètres de la ville de Tchernobyl. La construction de la centrale nucléaire de Tchernobyl de V.I. Lénine a commencé en 1970. Parallèlement, Pripiat, ville satellite, a été érigée à proximité et après le lancement du premier réacteur en 1977, la ville comptait 14 000 habitants. Avec ses connexions de transport – bus, trains et même bateaux – elle est devenue un centre régional aux grandes perspectives. Les plans des Soviétiques concernant la centrale nucléaire de Tchernobyl étaient vastes : elle devait devenir la plus grande centrale nucléaire du monde avec 12 réacteurs de 1000 MW chacun. Il y avait déjà 4 réacteurs en marche et 2 autres étaient déjà en construction quand le destin a tout changé.

Image

L’accident de Tchernobyl – que s’est-il réellement passé?

L‘accident nucléaire de l’usine de Tchernobyl s’est produit le 26 avril 1986. Ce fut la plus grande catastrophe due à l’énergie nucléaire de l’histoire. L’explosion a eu lieu dans le quatrième bloc de la centrale de Tchernobyl, située à seulement 120 km de la capitale d’Ukraine – Kiev, près de la frontière avec la Biélorussie.

A ce moment-là, la centrale nucléaire de Tchernobyl était une des plus importantes dans le monde. Elle était consacrée à un programme militaire stratégique pour l’armée soviétique. L’accident s’est produit en raison de la coïncidence de plusieurs facteurs. Outre le fait que le réacteur n’avait pas un système de sécurité mis à jour, il avait aussi un faible niveau d’automatisation. Dans la nuit fatale du 26 Avril, il y avait une expérience en cours, qui devait tester l’intervalle inertiel de l’unité du turbo-alternateur. L’abaissement de la production d’énergie jusqu’à l’arrêt presque total de la réaction nucléaire en chaîne, suivi d’une augmentation brutale de la production d’énergie par les opérateurs, ainsi que l’arrêt de l’eau de refroidissement vers le cœur du réacteur, ont entrainé la surchauffe du combustible et la destruction du cœur du réacteur.

Image

À 1h24 du matin, heure locale, 40 à 60 secondes après le début de l’expérimentation, deux grosses explosions ont eu lieu. Selon certains enquêteurs sur l’accident, en enlevant tous les bâtons absorbants de la zone active du réacteur et la capacité de puissance croissante du réacteur, l’accident était inévitable. De plus, il a été constaté que les systèmes de sécurité étaient coupés ou même hors service au moment de l’explosion initiale. L’explosion de la vapeur et de l’hydrogène a soufflé le couvercle de 1200 tonnes du réacteur et détruit le toit. Après quelques secondes, une deuxième explosion a eu lieu, cette fois beaucoup plus puissante. D’après des études indépendantes, la première explosion était chimique. La deuxième explosion, avec la combustion des neutrons prompts émis, avait les caractéristiques d’une explosion nucléaire avec une puissance de 0,3 kilotonnes (égal à environ 300 tonnes de TNT). Selon les témoins, la première explosion a été suivie d’un incendie rouge et la deuxième explosion a produit un embrasement bleu clair, après quoi un nuage en forme de champignon est monté au-dessus du réacteur.

Image

La catastrophe nucléaire a également été due à une coïncidence : l’expérience aurait dû être menée par une équipe différente, spécialement formée pour faire ce type de travail. Cependant, cela a été reporté de neuf heures en raison des célébrations du 1er mai et de l‘électricité nécessaire pour remplir le plan de production. Ce retard signifiait que l‘expérience a dû être gérée par un groupe d’employés différents de ceux qui l’avaient préparée. De plus, l’équipe de nuit était composée d’opérateurs moins expérimentés pour mener l’expérience. Immédiatement après l’accident, les autres réacteurs ont été coupés et la gestion de la centrale nucléaire a été soumise au régime de crise, gérée depuis un bunker situé sous la centrale nucléaire (vous pouvez visiter la salle de contrôle du bunker dans notre visite de la centrale nucléaire de Tchernobyl en l’ajoutant à la visite de Tchernobyl de 1 jour, la visite de Tchernobyl de 2 jours ou la visite privée de Tchernobyl). Il manquait un ingénieur au personnel de la centrale nucléaire de Tchernobyl – Valery Khodemchuk, qui était censé rapporter des résultats du test des salles des pompes de circulation. Ce fut la première victime officielle de la catastrophe de Tchernobyl, son corps n’a jamais été retrouvé.

Chronologie de la catastrophe de Tchernobyl le 26 avril 1986 :

  • 1h23 du matin, deux explosions de l’unité 4
  • 1h26 Alarme incendie à la centrale
  • 1h28 Arrivée des pompiers de la centrale
  • 1h35 Arrivée des pompiers de Pripiat
  • 2h10 Feu éteint dans la salle des turbines
  • 5h00 L’unité 3 a été arrêtée pour des raisons de sécurité
  • 6h00 Une brigade chimique de l’armée arrive sur le site, obtenant de vraies mesures de radiation
  • 6h35 Tous les feux se sont éteints sur le site. * Le cœur du réacteur détruit brûle jusqu’au 10 mai 1986

Le soir – arrivée de la commission dirigée par le scientifique Valery Legasov sur les lieux de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl

Les pompiers de Tchernobyl et l’armée combattent un ennemi invisible

La poussière radioactive a commencé à se répandre hors du quatrième réacteur détruit et en feu de la centrale électrique de Tchernobyl contaminant l’environnement à la fois proche et lointain. La première étape de la liquidation de l’accident nucléaire de Tchernobyl a consisté à éteindre le hall du réacteur en feu et le toit de la salle centrale des machines. Les premiers à arriver sur les lieux de l’accident ont été les pompiers spécialisés de la centrale électrique de Tchernobyl. Bientôt, les pompiers des villes voisines de Tchernobyl, des villes de Pripiat et Ivankov sont venus les aider et ensemble ils ont éteint le feu dans les trois heures suivant l’explosion. Cependant, au cœur du réacteur n° 4 de Tchernobyl, un mélange de masses contenant du combustible nucléaire brûlait encore…

Les pompiers qui ont travaillé sur l’accident de Tchernobyl ne connaissaient pas la cause de l’incendie et ont donc continué à verser de l’eau sur les ruines du réacteur. Cela a aggravé la situation et plusieurs petites explosions s’en sont suivies, ainsi qu’une grave contamination radioactive.

Après l’incendie du réacteur n° 4 détruit de Tchernobyl

Immédiatement après que les pompiers aient éteint le feu du quatrième réacteur détruit de la centrale de Tchernobyl, la bataille n’était toujours pas terminée. En fait, cela ne faisait que commencer, car le noyau avec tous les matériaux fondus était comme du magma bouillant. Les scientifiques soviétiques avaient besoin de l’armée pour empêcher que la situation ne s’aggrave. Pour faire que la radioactivité ne se propage davantage dans l’environnement, le réacteur de Tchernobyl a été rempli durant les semaines suivantes avec cinq mille tonnes de bore, de dolomite, de sable, d’argile et de composé de plomb – lancées par des hélicoptères volant au-dessus du quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl. Ces matériaux en vrac ont éteint le graphite brûlant et absorbé les aérosols radioactifs. Deux semaines après la crise, les autorités soviétiques ont décidé de conserver l’ensemble du bloc écrasé de la centrale électrique dans un sarcophage spécial – un corps en béton avec son propre système de refroidissement.

Liquidation les mois qui suivirent. Qui étaient les “liquidateurs de Tchernobyl”

L’accident de Tchernobyl a déclenché une chaîne d’événements jamais vécus dans l’histoire de l’humanité. La majeure partie du travail a été effectuée par les réservistes de l’Armée rouge, qui étaient de jeunes hommes. Après l’évacuation dans un rayon de 30 kilomètres autour du quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl, les escouades de chasse tuant tous les animaux – d’élevage ou sauvages – afin d’arrêter la propagation de la contamination, en particulier due à la poussière de rayonnement (trouvée sur la fourrure, puis plus tard, par exemple, lors du broutage d’herbe, dans leur chair et de leurs os). Des stations de nettoyage des voitures, des citernes et des camions utilisés lors de l’accident ont été mises en place, mais aucun des véhicules qui sont arrivés dans la zone dans les mois qui ont suivi l’accident et y ont effectué leur travail n’ont été sortis de la zone. Tous ont été mis au rebut après usage et certains d’entre eux peuvent encore être trouvés dispersés autour des soi-disant “cimetières de machines” autour de la zone.

Les travaux de liquidation, qui avaient pour principale priorité d’abaisser le rayonnement et la construction du confinement de sécurité (le sarcophage de Tchernobyl), ont amené des dizaines de milliers de personnes dans la zone de Tchernobyl – les liquidateurs. La plupart d’entre eux étaient des militaires, des policiers, des chauffeurs, des spécialistes de la santé, des constructeurs et des ingénieurs. Au total, plus de 100 000 étaient présents à un moment donné dans la zone de Tchernobyl, la plupart d’entre eux bloqués dans la ville de Tchernobyl où seulement 14 000 personnes vivaient avant l’accident. De nombreux professionnels qui vivaient à Pripiat et travaillaient à la centrale nucléaire de Tchernobyl sont également revenus travailler, car des primes (jusqu’à 100 000 dollars américains) ou des appartements étaient offerts pour ceux qui restaient sur le “champ de bataille” de Tchernobyl et aidaient la centrale électrique de Tchernobyl à se remettre en service.

Image

Le nuage radioactif de Tchernobyl se répand dans le monde

L’explosion de Tchernobyl a fait remonter des substances radioactives à une altitude de 1,5 kilomètre dans l’air. À cette hauteur, le vent du sud-est a emmené le nuage radioactif jusqu’en Scandinavie. Ce nuage a survolé la Scandinavie, puis s’est retourné de nouveau vers l’URSS (Ukraine). Au cours de la journée de l’accident de Tchernobyl, la direction du vent a tourné vers l’ouest. Le deuxième nuage contaminé a ainsi volé via la Pologne vers la Tchécoslovaquie et plus loin vers l’Autriche. Là, il a rebondi sur les Alpes et est reparti vers la Pologne. Pour autant que nous le sachions aujourd’hui, il n’y a aucun endroit au monde où les nuages radioactifs de Tchernobyl n’aient été présents. Les nuages contaminés ont survolé le monde entier.

Les territoires les plus touchés par les retombées radioactives de Tchernobyl furent deux républiques soviétiques : l’Ukraine et la Biélorussie, qui décidèrent d’évacuer certaines parties de leur pays pour toujours en raison de la contamination de l’environnement. Dans le processus de décontamination, les lois physiques de la radioactivité ont joué un rôle important – le processus de stabilisation des éléments instables en éléments plus stables, comme l’iodure radioactif 135 (pour savoir plus sur la façon dont Tchernobyl est devenu sûr pour les personnes consultez notre blog SÉCURITÉ. Cet élément a une courte demi-vie de désintégration et relativement peu de temps après l’accident, il s’est naturellement décomposé en substances inoffensives. Aujourd’hui, la pollution radioactive dans la zone de Tchernobyl consiste principalement en des substances telles que le strontium et le césium, car ils ont une demi-vie de désintégration de 30 ans. Ces substances ont continué de polluer l’environnement voisin de Tchernobyl pendant des décennies après l’accident de Tchernobyl. Les isotopes du plutonium et de l’américium seront probablement présents sur le territoire de la zone de Tchernobyl au cours des prochains milliers d’années. Cependant, ils sont très difficiles à trouver de nos jours (ils s’enfoncent profondément dans le sol), et ont donc un effet de rayonnement négligeable sur le corps humain. En savoir plus sur les radiations et ce que c’est réellement, visitez notre BLOG.

Image

Les victimes de l’accident de Tchernobyl

L’enquête sur la catastrophe de Tchernobyl a été officiellement clôturée, en concluant que le personnel de la centrale n’a pas respecté les règles de sécurité nécessaires. Le directeur de la centrale électrique de Tchernobyl V. P. Bryukhanov et l’ingénieur en chef N. M. Fomin ont été condamnés à 10 ans d’emprisonnement, l’adjoint de l’ingénieur en chef A.S. Dyatlov à 5 ans d’emprisonnement, le chef de la salle du réacteur A.P. Kovalenko et le chef d’équipe de la centrale électrique de Tchernobyl B. V. Rogozhkin à 3 ans d’emprisonnement et l’inspecteur d’État Y. A. Laushkin à 2 ans d’emprisonnement. Vous pouvez trouver plus de détails sur le procès de Tchernobyl dans notre section blog. Paradoxalement, tout le procès de Tchernobyl a eu lieu dans la maison de la culture de Tchernobyl, qui était à l’origine une synagogue (et vous pouvez la visiter lors de votre visite de Tchernobyl.

Les événements à la centrale nucléaire V.I. Lénine de Tchernobyl n’étaient que le début d’une suite qui a réécrit non seulement les règles de sécurité de l’énergie nucléaire, mais aussi l’histoire de l’humanité.

Image
Tchernobyl en chiffres

  • 100 millions de personnes touchées dans 3 pays
  • 120000 personnes évacuées de 100 villes et villages
  • 50 000 et plus kilomètres carrés de zone contaminée
  • Plus de 5000 personnes travaillent toujours dans la zone de Tchernobyl et la centrale nucléaire de Tchernobyl
  • 100 babouchkas de Tchernobyl vivent toujours dans la zone

Les faits différencient le nombre de victimes de l’accident de Tchernobyl. Bien sûr, les victimes directes étaient principalement les travailleurs de la centrale électrique de Tchernobyl ainsi que les pompiers, qui ont reçu des doses mortelles de rayonnement. Au cours des 3 premiers jours, 299 patients ont été hospitalisés pour des formes évidentes de maladie des radiations (syndrome de rayonnement aigu). Tous ont été envoyés par avion depuis Kiev à l’hôpital dédié n° 6 à Moscou pour un traitement, accompagnés du maire adjoint de Pripiat, Alexandr Esaulov, que vous pouvez rencontrer lors de votre visite avec ChernobylX. Officiellement, il y a eu 28 victimes directes de l’accident de Tchernobyl. La plupart des victimes directes sont enterrées au cimetière Mitino de Moscou. Chaque corps des victimes de Tchernobyl est enfermé dans un cercueil en béton, en raison de sa forte irradiation.

Officiellement, la catastrophe de Tchernobyl a affecté la vie d’environ 600 000 personnes. Les documents officiels divisent les victimes des rayonnements en plusieurs catégories. Par exemple, le groupe le plus important est composé de 200 à 240 000 liquidateurs – des sauveteurs, des soldats qui avaient effectué le travail de décontamination, des pompiers ainsi que des policiers. De plus, il y a le groupe d’environ 116 000 habitants des zones polluées près de Tchernobyl. Par la suite, 220 000 personnes supplémentaires ont été évacuées des territoires pollués de Biélorussie, d’Ukraine et de Russie. Pourtant, environ 5 millions de personnes continuent de vivre dans les zones polluées à ce jour. Au total, plus de 10 millions de personnes sont considérées comme malades en raison de la catastrophe de Tchernobyl, 3,2 millions rien qu’en Ukraine (le reste étant recensés en Biélorussie et en Russie).

Tchernobyl signifie “Absinthe“

La ville de Tchernobyl (Chornobyl en ukrainien) et la région qui l’entoure s’appellent Polissya. C’est une région plate et boisée de pins avec de nombreuses rivières et marécages située dans la partie nord de l’Ukraine, à la frontière avec la Biélorussie. Le nom de la ville est le même que celui de la plante appelée absinthe, commune dans le territoire voisin. Cette plante est également mentionnée dans la Bible et de nombreux chrétiens croient que le triste destin de la région avec la catastrophe de Tchernobyl était en quelque sorte prévu (pour la prophétie complète, téléchargez notre livre électronique gratuit “10 Mythes et Vérités sur Tchernobyl”. L’absinthe est une herbe amère avec de riches effets de guérison et de détoxification. Elle est largement utilisée pour la production d’un spiritueux, l’absinthe.

Pripiat et l’accident de Tchernobyl

Pripiat était autrefois une ville modèle du gouvernement soviétique. Elle a été érigée en 1970 à seulement 3 kilomètres de la centrale nucléaire de Tchernobyl pour les travailleurs et leurs familles. Pripiat avait tout le luxe d’une ville moderne – une gare, un port, un hôpital et même un champ de foire. Pour un citoyen soviétique, il était considéré comme un rêve devenu réalité  de vivre dans une ville où les denrées alimentaires ou certains autres produits ne manquaient pas, la ville étant directement gouvernée par le ministère de l’Énergie de l’URSS à Moscou. Elle a attiré principalement des jeunes de toute l’Union soviétique, l’âge moyen des habitants de la ville n’étant que de 25 ans.

Aleksey Moskalenko, l’ancien chef du département de police de Pripiat, que vous pouvez rencontrer lors de votre tournée de Tchernobyl avec ChernobylX, se souvient que la fin du mois d’avril 1986 avait été exceptionnellement chaude et que la majorité des habitants de Pripiat avaient passé la plupart de leurs journées dehors avec leurs enfants. Quatre mariages ont eu lieu à Pripiat le samedi 26 avril. Les rumeurs se répandaient déjà dans la ville qu’il y avait eu un accident dans la centrale électrique de Tchernobyl grâce à des travailleurs et des personnes comme A. Moskalenko, qui pendant sa patrouille, avait été l’un des témoins oculaires de l’explosion du réacteur numéro 4 de la centrale électrique de Tchernobyl. Les responsables de l’État n’avaient pas averti les 50 000 habitants de Pripiat de la menace de pollution radioactive, ils avaient simplement renvoyé les enfants de l’école à la maison avec la recommandation d’y rester. Ils ne leur avaient pas non plus fourni de pilules d’iode qui auraient aidé à lutter contre les effets des radiations.

Image

L’adjoint au maire de Pripiat, A. Esaulov se souvient que l’approvisionnement n’était pas suffisant pour les habitants et le conseil municipal avait demandé un approvisionnement supplémentaire au gouvernement.

L’accident de la centrale électrique de Tchernobyl a fait passer le niveau de rayonnement jusqu’à mille fois au-dessus des niveaux naturels. L’évacuation de Pripiat a eu lieu le lendemain de l’accident – l’après-midi du 27 avril 1986 – il y avait suffisamment de trains, de bateaux et surtout de bus rassemblés venant de toute l’Union soviétique. Les habitants de Pripiat n’étaient autorisés à emporter que les articles nécessaires, car ils s’attendaient à revenir trois jours plus tard. Cette information a été publiée pour éviter la panique et empêcher les gens d’emporter trop de bagages avec eux. Plus tard, les autorités soviétiques ont décidé que la ville de Pripiat devait rester désertée pour toujours.

Quel message a été diffusé aux habitants de Pripiat lors de l’évacuation du 27 avril 1986 à 14h00?

A l’attention des habitants de Pripiat ! Le conseil municipal vous informe qu’en raison de l’accident survenu à la centrale électrique de Tchernobyl, les conditions radioactives dans Pripiat et ses environs se détériorent. Le Parti communiste, ses fonctionnaires et les forces armées prennent les mesures nécessaires pour lutter contre cela. Néanmoins, afin de garder les gens aussi sécurisés et en bonne santé que possible, les enfants étant la priorité absolue, nous devons évacuer temporairement les citoyens vers les villes les plus proches de la région de Kiev.

Pour ces raisons, à partir du 27 avril 1986, 14h00, chaque immeuble disposera d’un bus, sous la surveillance de la police et des autorités municipales. Il est fortement conseillé de prendre vos papiers d’identité, certains effets personnels vitaux et une certaine quantité de nourriture avec vous, juste au cas où. Les cadres supérieurs des établissements publics et industriels de la ville ont décidé lesquels des employés nécessaires afin de rester à Pripiat afin de maintenir ces établissements en bon état de fonctionnement. Toutes les maisons seront gardées par la police pendant la période d’évacuation. Camarades, en quittant temporairement vos résidences, assurez-vous d’avoir éteint les lumières, le matériel électrique, l’eau et fermé les fenêtres. Veuillez rester calmes et ordonnés lors de cette évacuation temporaire.

Image

Évacuation de Pripiat

Lors de l’évacuation, les femmes et les enfants ont été recueillis en premier, mais il y avait un grave manque de bus dans cette partie de l’Union soviétique. Les bus ont donc dû être acheminés depuis d’autres régions du pays pour évacuer l’ensemble des 50 000 habitants de Pripiat. La file d’attente pour les bus était de 20 kilomètres – ce qui signifie que lorsque le premier bus quittait Pripiat, le dernier bus ne pouvait même pas voir les cheminées de la centrale électrique de Tchernobyl à cette distance. En moins de trois heures, la ville était vide et elle le restera pour toujours. Après l’évacuation de Pripiat, l’évacuation des autres villages dans un rayon de 30 kilomètres du réacteur a été conduite, jusqu’au début du mois de mai. Des travaux de décontamination ont été effectués dans 1 840 agglomérations. Cependant, la zone d’exclusion de Tchernobyl n’a été formée qu’en 1994, lorsque les habitants des derniers villages de la partie ouest ont été transférés dans de nouveaux appartements dans les régions de Kiev et de Jytomyr. Plus d’informations sur l’évacuation dans notre BLOG

 

Image

Lors de l’évacuation, les habitants de Pripiat n’ont pas été autorisés à emmener avec eux leurs animaux de compagnie ou du bétail ; puisque ces animaux auraient pu avoir leur fourrure contaminée par de la poussière radioactive. En outre, pour éviter une nouvelle contamination de l’environnement, les forces spéciales ont dû tuer tous les animaux de la zone de Tchernobyl. Le 5 mai, l’évacuation des personnes vivant dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (rayon de 30 km autour de Tchernobyl) a été terminée.

La vie à Tchernobyl aujourd’hui

Aujourd’hui, il est interdit aux personnes d’entrer dans la zone de Tchernobyl, à l’exception des anciens résidents qui visitent les cimetières ou ceux ayant un permis, comme les touristes et les travailleurs. Environ 100 personnes (principalement des retraités) appelées babouchkas de Tchernobyl vivent toujours dans la zone d’exclusion de Tchernobyl et sont en quelque sorte acceptées par l’administration de la zone de Tchernobyl car la plupart d’entre elles participaient aux travaux de liquidation de la catastrophe de Tchernobyl. Vous pouvez rencontrer les babouchkas de Tchernobyl lors de votre visite de Tchernobyl avec ChernobylX, voir comment elles vivent et leur demander pourquoi elles sont revenues.

En dehors de ces habitants, il y a aussi environ 3000 travailleurs qui sont sous régime spécial et s’occupent de la zone de Tchernobyl – forestiers, pompiers, contrôleurs, cuisiniers et maintenant même guides touristiques de Tchernobyl. La centrale de Tchernobyl compte encore environ 2500 travailleurs, même si elle a été complètement fermée depuis 2000. Outre la liquidation du combustible nucléaire, ces travailleurs assurent également la radioprotection et l’acheminement d’électricité de la Biélorussie vers l’Ukraine et inversement. Quelques milliers de travailleurs ont également poursuivi la construction du nouveau sarcophage, qui a été achevée en 2018. Pour en savoir plus sur le nouveau confinement sécurisé, consultez notre BLOG. 

Pripiat – Cité des fantômes

Pripiat est maintenant une ville fantôme et bien que personne n’y habite, elle a ses propres grâce et son ambiance. Pripiat n’a pas fini comme certains villages voisins, enterrés sous terre par des bulldozers. Des panneaux sur la route avec leurs noms et une carte du village sont la seule chose qui commémore actuellement les villages abandonnés.

La police et l’armée gardent Pripiat, ainsi que toute la zone réglementée de 30 kilomètres. Malgré un service continu, cela n’a pas empêché les vols et le pillage, principalement en 1991 après la dissolution de l’Union soviétique, lorsque la zone de Tchernobyl était moins sécurisé. Toute la ville de Pripiat a été pillée et il n’y a pas un seul appartement qui n’ait pas été visité par des voleurs, emportant tous les objets précieux qui s’y trouvaient. Les habitants de Pripiat ont eu la chance en 1987 de revenir chercher certains de leurs effets personnels, encore seulement quelques sacs, mais seul un petit pourcentage l’a fait. Une usine militaire (nommée Jupiter) fonctionnai dans la ville jusqu’en 1997 ; la célèbre piscine Lazurny fonctionna jusqu’en 1998 pour les travailleurs de la zone de Tchernobyl, mais elle est aujourd’hui encore plus pillée et détruite que la majorité des appartements ou des écoles de la ville. Une blanchisserie pour les travailleurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl fut en activité à Pripiat jusqu’en 2018.

Deux parties de la ville sont toujours en activité : des garages pour camions et un puits profond avec une station de pompage (approvisionnement en eau de la centrale électrique de Tchernobyl). La ville fantôme regorge d’écritures, de signes, de livres ou d’images soviétiques contemporains (c’est-à-dire des années 1980), principalement avec des motifs de Lénine et du communisme. Les déclarations et les portraits de Lénine sont pratiquement partout – au Palais de la Culture, à l’hôtel, à l’hôpital, au poste de police, ainsi que dans les écoles primaires et maternelles. La promenade dans la ville est comme un voyage dans le passé, la seule différence est qu’il n’y a pas une seule âme autour, pas même le chant des oiseaux.

Image

Grâce aux photographies et vidéos historiques qui vous accompagneront lors de votre visite de Tchernobyl, vous aurez l’image complète de la glorieuse époque soviétique où la ville de Pripiat était en plein essor. Un coup d’œil furtif dans des maisons, des ruines, mais surtout le destin des habitants de Pripiat, seront volontiers fournis par les héros de Tchernobyl lors de votre visite à Tchernobyl avec la chance de pouvoir poser des questions sur tout ce qui vous intéresse. Pour vous donner une idée encore plus vivante de l’époque de l’Union soviétique, nous vous proposons de revêtir des uniformes soviétiques ou vous promener en voiture d’époque lors de nos circuits à Tchernobyl.

En arrivant à Tchernobyl, vous êtes témoin des deux scénarios – le pire scénario de l’humanité se détruisant dans une guerre nucléaire, et en même temps le meilleur scénario, celui où la nature prospère dans un monde créé par l’homme. Certains de ces bâtiments sont envahis d’arbres et sont à peine visibles de la route. D’autres se sont effondrés en raison de leur détérioration et d’importantes chutes de neige tombées il y a quelques années. Dans environ 20 ans, il ne restera que des ruines de cette ville. Il n’y a pas d’autres endroits comme celui-ci dans le monde.

Quel avenir pour Tchernobyl?

La zone d’exclusion de Tchernobyl est synonyme de tragédie et du plus grand accident nucléaire au monde. Après plus de 35 ans, Tchernobyl devient maintenant un lieu d’espoir. C’est le seul endroit au monde où l’on peut voir comment Mère Nature reprend tout ce que l’homme a créé. C’est l’une des raisons pour lesquelles la zone de 30 kilomètres est devenue une réserve naturelle en 2016. Vous pouvez trouver beaucoup d’animaux sauvages à Tchernobyl, rarement vus ailleurs en Europe, vivant ensemble ; loups, cerfs, sangliers, tortues, castors et même des chevaux sauvages. Aucune mutation n’a été trouvée chez ces animaux ; au contraire, ils ont un très bon taux de natalité.

Vous, les touristes, donnez vie à la zone de Tchernobyl, en particulier à Pripiat. En tant qu’attraction touristique numéro 1 en Ukraine, la zone d’exclusion de Tchernobyl est la destination UrbEx la plus visitée de la planète Terre avec plus de 100000 (2019) touristes visitant chaque année. Même après la baisse pendant la pandémie de 2020 (seulement 36000 touristes à Tchernobyl). Le tourisme de Tchernobyl a un impact significatif sur l’économie locale, vous diront nos charmants guides de Tchernobyl, les babouchkas de Tchernobyl, tous les cuisiniers de Tchernobyl ou les femmes de ménage des hôtels de Tchernobyl. Ne vous attendez pas à un hôtel chic et à des boutiques de souvenirs, Tchernobyl est une zone surveillée par l’armée avec ses propres règles et conditions.

Outre le tourisme, l’énergie joue toujours le rôle le plus important dans la zone de Tchernobyl, même après que la centrale ne produit plus d’électricité. Elle est aujourd’hui un centre de distribution d’électricité entre l’Ukraine et la Biélorussie. De plus, les investisseurs chinois prévoient de construire l’une des plus grandes centrales solaires sur le territoire de la zone de Tchernobyl en raison de l’infrastructure de la ligne électrique. La zone de Tchernobyl est aussi le plus récent stockage de combustible nucléaire usé européen ouvert pour l’Ukraine, peut-être plus tard également pour l’ensemble de l’Europe. Aujourd’hui, le nouveau confinement sécurisé de Tchernobyl (le nouveau sarcophage) nous donnera encore 100 ans de sécurité, et pour l’Ukraine avec l’Union européenne, la possibilité de trouver des moyens afin de démanteler et de nettoyer, non seulement l’ancien sarcophage, mais aussi tout ce qui reste du réacteur numéro 4. L’Ukraine veut conserver le patrimoine de Tchernobyl en tant que site touristique pour le monde entier et nous, à ChernobylX, soutenons que Tchernobyl fasse partie des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. La zone de Tchernobyl et Pripiat se transforment en un musée en plein air de l’époque de la Guerre froide. En 2008 ChernobylX a commencé sa mission de défier votre vision du monde  – voici notre histoire.

Quand viendrez-vous écrire votre histoire à Tchernobyl ?

Si vous attendez un signe,
le voilà !

Vous utilisez un navigateur obsolète. Vous pouvez le mettre à jour sur cette page .